top of page

Musique, musicothérapie et sonothérapie, quelles différences ?

Dernière mise à jour : 17 août 2023



Ce sont trois termes similaires ayant toutefois de nombreuses différences que vous allez découvrir dans cet article.


La musique


De tout temps, on a reconnu un effet thérapeutique à la musique. Dans l'antiquité, la musique a été utilisée pour améliorer la performance des athlètes lors des jeux Olympiques. Platon et Aristote reconnaissaient les vertus thérapeutiques de la musique qu’ils considéraient comme une hygiène mentale indispensable. Mais concrètement, comment agit la musique sur le corps humain ?


Tout au long de l’histoire et de nos jours également, cette question a fait l’objet de plusieurs études ayant investigué l’influence positive de la musique sur certains symptômes. Une équipe de chercheurs s’est récemment penchée sur le sujet en lançant une étude qui consistait à étudier les réactions d’un échantillon de 120 personnes de la façon suivante : durant 25 minutes, 60 personnes ont été exposées à de la musique classique pendant qu’un autre groupe témoin de 60 personnes n’y a pas été exposé. Avant, pendant et après chaque séance, les chercheurs mesuraient différents paramètres cardiovasculaires et biochimiques chez les participants.


Le résultat montre que la musique classique a eu pour effet de faire chuter la tension artérielle systolique et diastolique.


D’autre part, les médecins connaissent depuis longtemps l'effet bénéfique de certaines musiques sur les personnes atteintes d'épilepsie. Une sonate de Mozart en particulier, la dénommée K448, permet de calmer les crises - ce qu'on a appelé "l'effet Mozart ».


Par ailleurs, des bienfaits psychiques ont été démontrés par de nombreuses autres études.


Plus étonnant, les bienfaits de la musique ont également été démontrés sur les plantes, incroyable non ? Le principe était de faire écouter certains sons aux plantes, ce qui a eu pour résultat de développer leur croissance. (études de Joël Stemheimer)


La musicothérapie


Contrairement à de la musique, que l’on écoute, la particularité de la musicothérapie c’est qu’en complément de l’écoute de la musique, le musicothérapeute va inciter la personne qui le consulte à jouer de la musique sur un ou des instruments choisis : improviser, chanter, à taper du pied et des mains ou à émettre des sons insolites. Cela aura pour effet d’exprimer librement ce qu’on ressent, sans s’attarder sur le résultat musical produit.


Par la suite, le thérapeute fixera des objectifs à court terme, à partir d’une approche globale de traitement, et planifiera des activités musicales, actives ou réceptives, adaptées à l’individu.

Moins connue que la musique dans son sens large, la musicothérapie se développe doucement mais surement en tant que thérapie alternative.


En France, depuis 1970, les recherches et les expérimentations réalisées en milieu hospitalier ont permis d’intégrer la musicothérapie dans plus de 400 centres de soins.


Un diplôme universitaire en musicothérapie est enseigné dans différentes facultés de France.


La sonothérapie

Contrairement à de la musique que l’on écoute, contrairement à de la musicothérapie où on est actifs, la sonothérapie se différencie principalement par le fait qu’il n’y a pas besoin d’écouter les sons, ni d’en jouer, puisque la vibration et les fréquences utilisées font tout le travail sans que nous n’ayons à faire quoi que ce soit.

L’effet de la sonothérapie est double : les participants des gongs baths et des massages sonores profitent des sons qui passent par l’ouïe, tout comme en écoutant de la musique, mais également et surtout des vibrations qui passent par de nombreux réceptacles présents dans notre épiderme pour accéder ensuite à nos cellules. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’être en capacité d’entendre pour profiter des bienfaits des vibrations émises par les sons. Le corps va naturellement capter les fréquences dont il a besoin. En effet, grâce à la présence de fréquences très basses, comme les ondes Delta (entre 0,5 et 4Hz) utilisées notamment en hypnose, c’est l’inconscient qui va assimiler les fréquences qui sont bonnes pour nous.


Bien que certaines études ont déjà été menées par des centres hospitaliers en France et à l’échelle internationale, la sonothérapie est encore relativement peu connue du grand public, contrairement à de la musique par exemple. De nombreux bienfaits ont néanmoins déjà été démontrés, comme l’amélioration du sommeil, la gestion du stress, de l’anxiété, etc.


L’incontournable centre spécialiste de la sonothérapie Zen & Sounds Paris, vous accueille 7 jours sur 7 pour vous faire profiter des nombreux bienfaits de la sonothérapie.

bottom of page