top of page

Ces sons qui vous veulent du bien


Bains de gongs, massages sonores, chuchotements hypnotiques, ASMR… La relaxation passe désormais par ces vecteurs de nouvelles expériences bienveillantes pour le corps… et l’esprit.


Il est 11 heures, la séance est sur le point de commencer. Une vingtaine de personnes se sont allongées en silence, dans la pénombre d’une salle parfumée à l’encens. Nous sommes ici pour notre premier « bain de gongs » collectif. « Un voyage unique à chacun » promet Ely Goa, la cofondatrice du studio Zen & Sounds à Paris. Pendant plus d’une heure, c’est elle qui va jouer avec la résonance de gongs, de bols lunaires du Népal, de carillons Koshi, de bâtons de pluie et autres. Leurs vibrations vont émettre des tonalités plus boumions aiguës et diffuser des ondes censées nous plonger dans ce que l’on appelle un « état de conscience modifiée ». Une relaxation profonde, semblable à celle d’une bonne nuit de sommeil, destinée à régénérer les énergies internes.


Cléa et Iris, 30 ans, sont venues en faire l’expérience sur les conseils d’une amie. « Elle avait des problèmes d’infertilité mais après trois séances, elle a senti son corps « bouger »et elle est tombée enceinte ». Raconte Cléa. Iris, elle, est plus dubitative: « Si j’arrivais à me débarrasser de ce stress que je traine au travail, ce serait déjà un miracle. Et qui sait, peut être que j’arriverai à débloquer certaines émotions… » Le cliquetis d’un carillon interrompt l’échange: il annonce un premier bruit dugong, sourd, profond, qui déclenche en nous une vague de froid saisissante. Ely Goa avait prévenu : »L’oreille peut être insensible certaines fréquences, mais notre corps est composé à 60% d’eau, qui va venir frissonner au rythme de ces vibrations. » La série de sons suivante le confirme, mais déjà, quelques chants lyriques nous ramènent lentement à la réalité. L’heure s’est écoulée à la vitesse de l’éclair.Cléa, manifestement impressionnée, se redresse et se précipite vers Ely en soufflant : «J’ai ressenti des choses incroyables, alors que je suis toujours dans le contrôle de moi-même ! » A l’entrée, les autres participants, encore un peu groggy, se désaltèrent avec du kéfir et font déjà la queue pour programmer leur prochain rendez-vous. L’opération zénitude semble avoir porté ses fruits.

Vibrations sonores, chants harmoniques, chuchotements hypnotiques… La sonothérapie a le vent en poupe, dans l’univers du bien être. Ces disciplines basées sur l’utilisation des sons tiennent leurs origines des civilisations les plus anciennes.Dans le bassin asiatique, les gongs sont ainsi considérés depuis plusieurs millénaires comme des instruments sacrés de guérison, souvent utilisés dans le cadre de rituels bien précis. Ainsi la culture indienne propage l’idée que la création de l’Univers a été rendue possible par le son « Om », quand les Aborigènes l’attribuent plutôt à la vibration du didgeridoo. Impossible évidemment de statuer sur de telles croyances, mais reste que les bains de gongs tels qu’on les connait dans nos sociétés occidentales modernes, séduisent les citadins anxieux.


Selon une enquête réalisée il y a quelques semaines, une femme française sur deux souhaiterait recevoir une séance de médecine douce en guise de cadeau de Noël. Et plus globalement, trois quarts des Français jugent ces pratiques utiles pour se défendre, gérer leur stress, leurs émotions ou encore mieux dormir. Si bien que ces dernières années, les centres de méditation consacrés à ces stimuli auditifs ont poussé comme des champignons.


Par : Magali MOULINET

Extrait de l’article L’obs du 22/12/2022.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page